Les insectes du jardin : comment reconnaître et éliminer les squatteurs ?

Le jardin attire les insectes de tous les horizons. Certaines de ces bestioles ont fait des centaines de kilomètres pour venir profiter de cet environnement vert. Elles vont même contribuer à son développement en labourant la terre ou en favorisant la pollinisation. Cependant, ces petits invités ne sont pas tous les bienvenus.

Quelques insectes du jardin à préserver

Surnommée la « bête à bon Dieu », la coccinelle est agréable à voir avec sa petite carapace à pois. Cet insecte fait beaucoup plus que de la figuration dans le jardin. Il se nourrit de pucerons. Ses larves mangent les parasites sur les plantes. La variété asiatique de cet adorable coléoptère n’est pas la bienvenue. Cette espèce invasive n’a pas sa place près des habitations humaines.
Les papillons sont indispensables pour l’équilibre dans la nature. Ces infatigables pollinisateurs aident les fleurs à devenir de beaux fruits. Leurs chenilles peuvent tout de même avaler d’importantes quantités de feuilles avant de muer.
Les abeilles sont aussi des championnes du butinage. D’ailleurs, elles tiennent le titre d’insecte le plus utile de la Planète. Pour cause, de nombreuses plantes ne peuvent pas fructifier sans ces armées de mouches à miel. L’alimentation de l’espèce humaine au niveau mondial en dépend.
Les scarabées jouent également leur rôle dans l’écosystème. Ils labourent la terre et la rendent plus fertile.

Des petits voisins nuisibles ou invasifs qu’il faut éliminer

Quelles que soient leurs couleurs, les mouches sont nuisibles. Elles sont de véritables dangers ailés. Ces insectes occasionnent de nombreuses maladies. Ils partent des excréments ou des cadavres en décomposition dans le jardin pour directement atterrir dans l’assiette. Quelques rarissimes espèces peuvent contribuer à la pollinisation. Les syrphes et les dodues font partie de cette catégorie.
Puis, il y a les guêpes ainsi que les frelons. Ce sont de redoutables piqueurs. Un seul aiguillon peut occasionner de graves réactions allergiques. Si toute la colonie attaque, l’issue est souvent fatale.
Communs sur les rosiers, les pucerons sont nuisibles. Dépourvus d’ailes jusqu’à l’âge adulte, ces insectes du jardin sucent la sève vitale des plantes. Ces parasites peuvent devenir problématiques pour les espèces végétales sensibles.
Encore plus pathogènes, les moustiques se nourrissent exclusivement de sang. Ils en profitent pour transmettre le paludisme ou d’autres maladies. En dépit de leur petite taille, ces diptères à pattes fines ont le talent d’énerver avec le bruit de leur battement d’ailes.

Différentes solutions sans insecticides agressifs sont envisageables

La pulvérisation d’insecticide peut gravement nuire à l’équilibre écologique du jardin. Ces produits chimiques représentent aussi un réel danger pour la santé humaine. À la place de ces méthodes toxiques, il vaut mieux miser sur des pièges. Ces ingénieux systèmes sont vendus en magasin de jardinage ou sur Internet. Ils appâtent les petits êtres nuisibles avec des odeurs irrésistibles ou grâce à la lumière. Les victimes sont collées ou emprisonnées. L’attrape-guêpe est le parfait exemple de ces solutions écologiques contre les insectes. Les fans de DIY (bricolage) sont heureux d’en construire un à la maison. Il suffit de couper en deux une bouteille plastique et de renverser la moitié supérieure sur l’autre. À l’intérieur, un mélange de jus de pomme et de bière va attirer les guêpes. Si la reine est prise dans le piège, alors la colonie s’éteint. Des modèles prêts à l’emploi sont vendus dans le commerce.